Actions menées

Au Mali, l’association Bilou Toguna équipe des associations et bibliothèques avec des boitiers Afrikalan grâce aux dons qui ont été récoltés pour ce projet.

87 structures ont pu bénéficier de boitiers Afrikalan. Elles sont réparties dans les régions de Bamako, Koulikoro, Mopti*, Ségou, et Sikasso. Un travail dans la Région de Kayes est prévu à partir de 2019.

*En raison de l’évolution de la situation sécuritaire, il n’y a plus de missions dans la région de Mopti.

Qui utilise Afrikalan au Mali?

17 bibliothèques « tout public »

Les bibliothèques maliennes manquent souvent de moyens. Certaines disposent de financements limités dans le temps et certaines bibliothèques en état de fonctionnement ne disposent pas de courant électrique.

L’association Bilou Toguna équipe les bibliothèques qui le souhaitent, dès lors qu’elles fonctionnent et accueillent régulièrement du public. Les bibliothèques équipées accueillent généralement un public composé d’enfants comme d’adultes. Les boitiers peuvent être utilisés autant par les enfants qui peuvent y pratiquer des jeux éducatifs, que par les adultes qui pourront y faire de la recherche documentaire (encyclopédies).

L’équipement remis aux bibliothèques se compose d’un boitier Afrikalan, d’un écran, d’une souris et d’un clavier. Le don d’un écran permet une exploitation aisée des encyclopédies. Les boitiers donnés aux bibliothèques disposent tous de la fonction Wifi, afin de permettre aux personnes qui le souhaitent de récupérer le contenu éducatif sur leur téléphone ou ordinateur.

On compte parmi les bibliothèques équipées:

  • 6 bibliothèques  appartenant au réseau CLAC (Centre de Lecture et d’Animation Culturelle), construits par la francophonie.
  • 7 BLP (Bibliothèque de lecture publique) qui dépendent de l’état malien.
  • 4 bibliothèques dépendant d’associations ou ONG diverses.

La majorité des bibliothèques maliennes actuellement en état de fonctionnement se trouvent hors de Bamako, la capitale. C’est probablement le résultat d’une volonté d’éviter l’enclavement culturel des autres régions.

 

27 bibliothèques scolaires

Formation du personnel d’une bibliothèque scolaire, à l’usage du contenu éducatif présent dans les boitiers Afrikalan.

Ces bibliothèques se trouvent au sein de groupes scolaires. Les groupes scolaires rassemblent généralement plusieurs écoles au sein d’une grande cour commune. Il n’est pas rare que leur effectif se compte en milliers d’élèves. Le niveau des élèves accueillis va de la 1ère à la 9ème année (équivalent du niveau primaire et collège français).

Il s’agit principalement d’établissements publics et de quelques écoles para-publiques. (Un établissement para-publique ne relève pas de l’état mais d’une association, d’une institution, ou d’une mairie. Elles permettent de combler le manque d’écoles publiques. Les élèves doivent souvent payer une somme modeste par mois, mais l’argent est géré par un comité de gestion et ne profite pas à une personne privée.).

Il est très difficile de proposer des outils d’informatique éducative sur les heures de cours, car le programme est très cadré. En revanche, certains de ces groupes scolaires bénéficient d’une bibliothèque. Celles-ci sont souvent construites à l’initiative d’associations/ONG, et sont animées par un professeur détaché à cet effet. 5 d’entre elles ont été équipées par l’ONG locale ALED, avec laquelle un contact a été noué.

Les enfants viennent alors sur leur temps libre (En fonction des heures d’ouverture: durant la récréation, en cas d’absence de professeur, le mercredi après-midi…) et peuvent renforcer ce qu’ils ont appris en cours grâce aux jeux éducatifs inclus dans Afrikalan. Les plus grands peuvent aussi tirer profit des encyclopédies contenues dans les appareils. Certaines bibliothèques scolaires peuvent aussi accueillir des lycéens venant effectuer des recherches.

Le matériel donné est similaire à celui des bibliothèques « tout public »: Boitier Afrikalan pouvant partager son contenu via Wifi, écran bureautique, clavier et souris.

La faible consommation d’Afrikalan lui permet de fonctionner sur les installations solaires de taille modeste (60W). Bilou Toguna a également financé la remise en état des installations solaires de 2 bibliothèques et a participé à 50% à l’électrification de la bibliothèque du groupe scolaire Babou Dioni à San.

Bilou Toguna tente actuellement – à titre expérimental – l’équipement de 2 CDI dans des lycées, afin de permettre aux lycéens la consultation de Wikipédia.

 

6 salles informatique scolaires

Certains groupes scolaires disposent de salles informatiques. Celles-ci sont souvent découvertes lors de l’exploration de terrain, à la recherche de bibliothèques.

Au Mali comme ailleurs, cours d’informatique rime souvent avec cours de bureautique (en particulier des logiciels privatifs Word et Exel). Afrikalan est une opportunité de montrer qu’un ordinateur à l’école peut aller bien au delà de ça et aussi aider l’apprentissage de la lecture, du français, des mathématiques… Ou tout simplement de se documenter…

Lorsque les acteurs locaux montrent un intérêt pour cette démarche, un travail en commun peut se mettre en place. Selon les cas et ses moyens, l’association Bilou Toguna peut apporter son appui via:

  • L’installation de logiciels éducatifs libres sur les ordinateurs en place et la formation à leur utilisation.
  • La fourniture de pièces et main d’œuvre afin de réparer ou augmenter la capacité des ordinateurs existants.
  • Le don d’un boitier Afrikalan lorsqu’une diffusion du contenu éducatif par WIFI est pertinente.
  • Lorsque possible et pertinent, le don d’ordinateurs.

 

27 centres prenant en charge les OEV (Orphelins et Enfants Vulnérables)

Il existe au Mali de nombreuses associations venant en aide aux enfants et jeunes en situation difficile: n’ayant pas de famille, où ne pouvant y vivre pour une quelconque raison. Elles assurent l’accueil, l’écoute, et souvent l’hébergement de ces enfants. Elles tentent de réunir les conditions pour un retour en famille des enfants, et lorsque nécessaire assurent la scolarisation ou la formation professionnelle de ceux-ci.

La problématique de l’enfance en situation difficile est surtout urbaine. D’une part car beaucoup des enfants se sont retrouvés en situation difficile en ayant quitté leur village pour partir « se débrouiller » en ville dans l’espoir d’une meilleure situation, d’autre part car diverses formes d’exploitation des enfants peuvent survenir en milieu urbain.

Ces centres représentent le public initial du projet, et comprennent la majorité des structures équipées sur Bamako (les bibliothèques se trouvant au contraire très majoritairement hors de la capitale). Presque tous ces centres disposent d’une télévision, qu’un boitier Afrikalan peut utiliser comme affichage, et qui permet une utilisation en groupe. L’équipement donné à ces centres se compose alors d’un boitier afrikalan et d’une souris.

 

7 centres d’animation

Il s’agit de centres menant des activités ludo-éducatives à destination des enfants dans leur quartier d’implantation. Parmi les structures, on compte notamment 5 CEC (Centre d’Écoute Communautaire). En plus d’offrir diverses activités aux enfants, ce type de structure permet de déceler des situation potentielles d’enfants en danger parmi le public la fréquentant, et le cas échéant de procéder à des médiations avec les familles, ou d’orienter ces enfants vers une structure d’aide adéquate.

Comme les centres accueillant les OEV, le don se compose d’un boitier Afrikalan et d’une souris, dans l’optique d’un usage sur la télévision dont dispose déjà le centre.